La cuisine indienne retour de voyage

Les multiples saveurs de la cuisine indienne

Qui n’a pas encore dégusté un menu aux saveurs indiennes ne sait pas ce qu’il perd. De tous mes voyages, c’est surement la cuisine  indienne qui a retenu le plus mon attention, toutes ces épices, toutes ces textures, ne peuvent pas laisser indifférent.

Il y a longtemps de cela, je m’étais sérieusement penchée sur les recettes indiennes traditionnelles… c’est quand même un sacré boulot, en tout cas c’est ce que je m’étais dit à l’époque. Cette année, j’ai passé un mois dans le Kerala, à Varkala et j’ai eu le plaisir de rentrer dans une cuisine familiale pour assister à la préparation d’un repas.

Déroulement de la journée

Les femmes sont trés occupées toute la journée. Cela commence vers 5H du matin (en tout cas là où je me trouvais) et se termine vers 22H00. Les équipements ménagers sont très minimalistes, ici pas de lave linge, pas de lave vaisselle, pas de four tout est sommaire. Et comme il n’y a pas de ramassage des ordures, les déchets végétaux partent autour des plantations et le reste ( carton, plastique) est brûlé sur place quotidiennement. Elles cuisinent à plusieurs et sont multi-tâches. Ici tout est fait dans la bonne humeur et avec le sourire et ça, c’est vraiment agréable.

Une des premières choses à faire c’est de préparer le feu avec des branchages glanés sur le terrain et des coques de noix de coco séchées. Une grosse bassine d’eau va bouillir toute la matinée et pourvoira aux besoins divers d’eau chaude. Le deuxième feu sera pour la marmite de riz, en général les indiennes préparent le même repas qui sera servi midi et soir. L’odeur de la cuisson au feu de bois a tout de même quelque chose de réconfortant.

Les ingrédients de base

La base de leur nourriture reste le riz accompagné de plusieurs préparations différentes composées de légumes variés et de lentilles. La noix de coco entre dans beaucoup de recettes, c’est local , il y en a partout et toute l’année. La cueillette se fait en grimpant directement dans les cocotiers. La chair des coco jeunes est mangée nature et dès que la coco est brune, les indiennes la râpent à l’aide d’un petit ustensile bien pratique que je n’ai pas manqué de me procurer.

Peu de crudités ou de fruits frais dans les menus mis a part la raïta, ils ont une préférence pour le cuit, le frit et la vapeur. La réputation de plats épicés n’est pas un mythe, j’ai goûté du bout des doigts…cela vous arrache la bouche et en suivant le rectum ! Mais, à dose « européenne » c’est un délice. J’en ai profité pour ramener de la cardamome, des bâtons de cannelle, du cumin, de l’anis en grains bien sur et je les broierai au fur et à mesure pour en préserver les arômes.

Ce jour là il y avait donc au menu un carry de légumes, des sardines avec une sauce au lait de coco, des tomates revenues avec des oignons des pommes de terre et des épices, des betteraves et pomme de terre en lamelles cuites à l’étouffée, des poutous, ce sont ces petits dômes cuits à la vapeur, mélange de riz complet broyé grossièrement, de  coco râpée, de betteraves ou carottes râpées et de raisins secs. Pas de dessert au menu, parfois un verre de lait de chèvre ou un verre d’eau de riz termine le repas.

Les autres jours, les lentilles ou les pois chiches remplaçaient les protéines animales. Globalement ils mangent peu de produits animaux et lorsqu’il y en a c’est en petite quantité.

Attention au glutamate

Si vous voyagez en Inde faites attention au fait qu’ils utilisent du glutamate, j’en a fait les frais le premier jour, le lendemain matin j’avais le visage boursouflé et la bouche comme sortant d’une anesthésie! Et ils utilisent du sel raffiné, pensez à emporter du sel gris.

Les prix

Les prix sont imbattables, on mange très copieusement pour moins de 5€ par personne. Les cocos fraiches sont à 0,25 €. Les hôtels sont également très abordables surtout si vous ne prenez pas l’option climatisation, d’ailleurs cela ne m’a pas manqué, j’ai un ventilo au plafond sous la moustiquaire et c’est parfait.

J’ai interprété plusieurs recettes en version crue que je vous proposerai en  vidéo prochainement.

Ce reportage vous a plus , n’hésitez pas à laisser un commentaire.

4 Commentaires
  • Da Silva
    Articles publiés à 13:23h, 19 mars Répondre

    Cc Cilou,
    Je te suis déjà sur Facebook mais je viens de m’inscre sur ton blog car je suis fan ???? et aimerais participer à une de tes formations,cet article est très intéressant,c’est mon rêve d’aller en Inde ,
    Tu parles du glutamate mais dans quoi peut on le trouver ,là bas ?
    Merci pour toutes tes vidéos et je t’en dis à bientôt
    Valérie Da Silva

    • Cilou
      Articles publiés à 13:42h, 19 mars Répondre

      Bonjour, on trouve du glutamate dans ce qu’ils font frire et dans toutes les recettes « asiatiques » qu’ils proposent. Au plaisir de se retrouver sur un stage alors…

  • loubi1956
    Articles publiés à 22:22h, 23 février Répondre

    Merci! Cilou!

    J’adore ça, moi, voyager par procuration! J’ai quasiment senti les arômes!

    Un gros bisous au sirop d’érable du Québec!

    Louise

    • Cilou
      Articles publiés à 03:42h, 24 février Répondre

      Bonjour, les arômes et la chaleur ambiante 30°, ça va faire fondre la neige!

Merci de laisser votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.