Réchauffement climatique industriel intox et manipulations

Je suis tombée sur cet article qui date déjà de 2015 et j’avais envie de le partager avec vous car il rejoint fortement le fond de mes pensées sur la question du réchauffement climatique.
Jean-Paul Rampnoux professeur agrégé de géologie à l’université de Chambéry (décédé  il y a quelques années) rappelait à ses amis que  nous étions en fin de période glacière étant donnée qu’il y avait encore des glaciers et que Chambéry était encore recouvert d’une couche de glace de 1 km d’épaisseur il  y a moins de 10.000 ans.
Il n’y a que les hommes politiques dont la  compétence provient de leur élection populaire qui prétendent que le réchauffement est dû à l’activité humaine…

Réchauffement ?

Ce qu’en pense un expert suisse Werner Munter… Difficile de savoir qui il faut croire mais tous les arguments doivent pouvoir être exprimés…

C’est de l’arrogance de croire qu’en 150 ans d’industrialisation nous avons changé le climat !

Spécialiste reconnu des avalanches, le Suisse Werner Munter planche nuit et jour depuis trois ans sur le réchauffement climatique. Et, pour lui, l’homme n’y est pour rien !

Il y a une semaine, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) pointait une nouvelle fois d’un doigt accusateur l’homme et le CO2 qu’il produit comme principaux coupables du réchauffement climatique. Pour Werner Munter, spécialiste mondialement reconnu des avalanches, qui se penche compulsivement sur le phénomène depuis trois ans, « ces gens sont des imbéciles qui répètent en boucle des bêtises, le savent et sont payés pour ! » Le Bernois nous a longuement reçus dans son appartement.

d’Arolla (VS) pour étayer ces accusations entre une tranche de viande séchée et deux verres de Cornalin. Son diagnostic climatosceptique, loin d’être celui d’un hurluberlu, est partagé par d’éminents scientifiques dont deux Prix Nobel. Il nous l’explique.

Vous affirmez que l’homme n’a rien à voir avec le réchauffement. Pourquoi ?

Précisons tout d’abord que je ne conteste pas le réchauffement lui-même. Je l’ai d’ailleurs constaté en tant que guide de montagne en voyant les glaciers reculer. Celui qui nous fait face par exemple a perdu 100 m depuis que j’ai acheté cet appartement en 1989. En 2005, le pilier Bonatti des Drus s’est effondré à cause du réchauffement du permafrost. Ce que je remets en cause, ce sont les causes de ce réchauffement. Elles n’ont rien à voir avec l’homme ou avec le CO2 comme on nous le serine. Je suis arrivé à cette conclusion pour trois raisons.

Quelles sont ces raisons ?

La première, c’est tout simplement l’analyse des données climatiques reconstituées sur des millions d’années. Rien que dans les 10 000 dernières années, il y a eu cinq pics de températures comparables à celui que nous vivons. Ces optima correspondent à des cycles naturels. Au Moyen Age, il était par exemple possible d’aller en vallée d’Aoste depuis Arolla avec les troupeaux car le glacier n’existait plus. Lors des deux premiers optima, le Sahara était une savane avec des lacs, des arbres et des éléphants. Avant cela, pendant des centaines de milliers d’années, il a fait plus chaud qu’aujourd’hui. Et parfois jusqu’à 7 degrés plus chaud ! Or le

GIEC se concentre sur les 150 dernières années. Autant dire qu’il regarde autour de son nombril. Les reconstructions paléoclimatiques montrent aussi que, pendant des centaines de millions d’années, il n’y a pas eu de corrélations entre le CO2 dans l’atmosphère et la température sur terre.

Votre second argument ?

La concentration de CO2 – qui est soit dit en passant un gaz vital et non pas un poison – dans l’atmosphère est négligeable. Il y en a un peu moins de 0,5‰ dans l’atmosphère, et au maximum 5% de cette quantité est imputable à l’homme. Pour un million de molécules d’air, il y a seulement 20 molécules de CO2 produites par l’homme. Et chaque année, notre industrialisation rajoute 4 molécules de CO2 pour chaque million de molécules d’air, mais la moitié est absorbée par les océans et les plantes. Et on veut nous faire croire que cette infime proportion due à l’homme est une catastrophe ? J’ai beaucoup de peine à le croire (rires).

Pourquoi dès lors la thèse officielle fait quasi consensus ? Vos collègues scientifiques ne sont pas des imbéciles !

Ces théories visent à nous culpabiliser. Quand des scientifiques comme ceux du GIEC disent qu’ils veulent sauver la planète, je dis qu’ils ne sont pas crédibles. Ils mentent pour préserver des intérêts économiques dont les leurs. Car il y a tout un business derrière la lutte contre le réchauffement. Il y a une volonté de faire peur aux gens par exemple en dramatisant la montée des océans, alors que ceux-ci ne s’élèvent que de 2 à 3 mm par an ! C’est aussi une manipulation intellectuelle de parler de CO2 en tonnes plutôt qu’en proportion. Des tonnes, ça impressionne, mais rappelons que l’atmosphère pèse 5 000 000 000 000 000 tonnes ! (cinq millions de milliards de tonnes!)

Votre dernier argument est que la thèse officielle contredit les lois de la physique. C ’est-à-dire ?

Celle de la thermodynamique en particulier. Pour faire simple : la terre fait 15° en moyenne. L’atmosphère censément polluée de CO2 est grosso modo à -30° à 10 km d’altitude. Qu’elle réchauffe la Terre qui est bien plus chaude qu’elle est une aberration. La thermodynamique nous dit que la chaleur va toujours vers le froid et jamais dans le sens inverse, ce que correspond à notre expérience quotidienne.

Alors au final, comment expliquez-vous ce fichu réchauffement ?

Je n’ai pas de réponse car trop de facteurs entrent en jeu. Par contre, j’ai des hypothèses. Je soupçonne par exemple les variations de l’intensité du rayonnement solaire – qui répondent à des cycles – de jouer un rôle central, tout comme les processus nucléaires complexes et méconnus qui sont à l’œuvre au centre de notre Terre. Quoi qu’il en soit, c’est de l’arrogance de croire qu’en 150 ans d’industrialisation nous avons changé le climat. La nature est bien plus forte que l’homme, nous ne sommes pas les maîtres de la Terre !

Et si le réchauffement climatique n’était que le prétexte à la création de nouvelles taxes ?
Et si le fait que la Sibérie devienne cultivable n’était pas une catastrophe ?
Et si ceux-là même qui sont incapables de prévoir la météo à plus de 5 jours et qui prétendent savoir le temps qu’il fera dans 50 ans, nous prenaient pour des cons ?

Et si la sagesse consistait à dire qu’on n’en sait rien …. Et si on commençait à raisonner par nous-mêmes au lieu de gober tout ce qu’on veut nous imposer ? (dans « imposer », il y a « impôt » !)

Quel est votre point de vue sur ce sujet ? N’hésitez pas à laisser votre message sous cet article.

Sources: Le Matin (par Laurent Grabet) / Photo: Sébastien Anex / Relayé par MetaTV(meta.tv)

8 Commentaires
  • jolla
    Articles publiés à 21:04h, 24 octobre Répondre

    Enfin un article intéressant sur le réchauffement climatique! mais oui en fait que savons nous vraiment? à part ce que l’on veut bien nous raconter…gardons cette capacité de penser par nous même et d’aller à la recherche de la connaissance par nous même…
    Merci Cilou pour le partage!

    • Cilou
      Articles publiés à 09:12h, 25 octobre Répondre

      Merci Jolla de garder l’esprit ouvert…

  • Brecheisen Julia
    Articles publiés à 15:28h, 05 octobre Répondre

    C’est dangeureux comme article…ça déresponsabilise les gens. Utilisons nos voitures en masse, continuons à relarguer des gaz à effet de serre tout en déforestant un maximum, puisque ce monsieur nous dit que 7 milliards d’être humains ne vont pas changer la face du monde.
    J’aimerais avoir son opinion sur la vitesse du réchauffement climatique. parce que pour le coup, tout ceux qui s’intéressent à cette question savent que la température moyenne de la terre a déjà été bien plus élevée, et personne ne le remet en question. là où c’est bien plus dangereux, c’est que le réchauffement qui se passait dans les précédents époques en plusieurs milliers d’années, se produit en 200 ans…soit plus de 10 fois plus vite. Les organismes vivants (dont nous faisons partie) et toute la nature ne sont pas CAPABLES de s’adapter aussi vite !!! c’est là tout le fond du problème. Mais bon, si ce monsieur nous dit que tout va bien…si ça peut permettre à certains de dormir sur leur deux oreilles en détournant les yeux du problème…lamentable.

    • Cilou
      Articles publiés à 16:54h, 05 octobre Répondre

      Je pense que la sagesse de ce monsieur n’incite surement pas à faire n’importe quoi. Ce qu’il nous explique, c’est que sous couvert de réchauffement climatique on nous fait passer des lois qui nous poussent à faire marcher le commerce de ceux qui s’en mettent plein les poches et qui contournent le problème de pollution. Si la pollution est le problème, les solutions existes comme les moteurs à eau par exemple mais non, tant qu’il y aura du pétrole à brûler nous irons jusqu’à la dernière goutte. On nous met toujours en avant quelque chose de grave pour faire passer des lois qui arrangent les lobbyistes, comme pour les vaccins qui vont couter une fortune à la société pour enrichir les labos……Je pense sincèrement qu’un fois que l’on a pris conscience des problèmes que l’on engendre dans ce monde chacun essaye de faire attention à son échelle digne d’un colibri.

  • Frédéric
    Articles publiés à 02:01h, 02 octobre Répondre

    Pour info, ce monsieur est un guide de montagne qui porte un jugement sur des scientifiques, ce qui est son droit, mais ne lui donne aucune autorité en la matière. «On fait tous pareil au café du Commerce». Quant à sa théorie contradictoire sur le «réchauffement impossible de la terre par le CO2 puisque celui ci est plus froid car plus haut en altitude» c’est juste un peu naïf pour ne pas dire ridicule, puisque le pb n’est pas du tout là dedans mais dans le « piégeage » des rayons solaires.
    pour plus d’informations contradictoires : car il faut pouvoir exprimer tous les arguments 😉 :

    http://walker-france.com/climat-les-aneries-de-werner-munter/

    Chaleureusement

    • A. J. Rullier
      Articles publiés à 12:36h, 04 décembre Répondre

      votre commentaire rejoint la réflexion que je me suis faite en lisant l’article : il ne faut pas confondre conduction de chaleur et effet de serre, ce sont deux phénomènes totalement différent. j’ai lu avec intérêt jusqu’à ce passage et là, après avoir relu deux fois pour être sûre de ce qui était dit, j’ai « comme entendu » un « patatras » avec en commentaire : « c’est là que la crédibilité de l’article s’effondre ! »
      et comme le souligne Julia, le problème tient beaucoup à la vitesse du réchauffement. De plus, un des premiers scientifiques à avoir parlé de la corrélation entre composition de l’atmosphère et température était Claude Lorius étudiant de carottes de glace multimillénaires de l’Antarctique (les gaz de l’époque sont encore enfermés dans la glace) . certes nous sommes soumis à des variations naturelles non négligeables, mais l’arrogance serait de prétendre de le fait nouveau, à savoir que la population humaine atteint des proportions que la terre n’a jamais connu et bien que désagréable, la comparaison entre nous et un agent infectieux se propageant à la surface de la terre doit nous conduire à réfléchir (sans effet de serre) à la question : symbiose ou attaque?

      • Cilou
        Articles publiés à 14:38h, 04 décembre Répondre

        Je crois comprendre le fond de votre réflexion, sujet délicat à exposer sur mon site mais sur lequel j’aurais tendance à vous rejoindre…..

  • Marie-Noëlle Lefevre
    Articles publiés à 23:19h, 01 octobre Répondre

    Oui dans « imposer » il y a « impôt » et dans « gouvernement » il y a « gouverne ment »… Ceux qui nous gouvernent nous mentent !
    C’est la prise de conscience… Le moment où l’on se « réveille » et que l’on se rend compte à quel point nous sommes manipulés, Et s’il n’y avait que le sujet du réchauffement climatique… Hélas, mais là ce serait trop long…

Merci de laisser votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.